La condamnation avec sursis : 4 choses à savoir sur cette condamnation mal comprise

La condamnation avec sursis
On assimile souvent le sursis à une absence de condamnation. Cela n’est pourtant pas une réalité. Quelles sont les conséquences d’une peine avec sursis ? Dans quelles hypothèses est-ce prononcé ? Le sursis peut-il être révoqué ? Voici tout ce que vous devez savoir sur la condamnation avec sursis.

Une question juridique?

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

Table des matières

Qu’est-ce que le sursis?

Le sursis est prononcé lors de condamnations judiciaires. Cela signifie que l’application de la peine prononcée est reportée par le juge pour une durée allant de 1 à 5 ans selon les faits. 

Il ne faut pas comprendre là que le juge ne prononce aucune sanction. 

Le sursis est une sorte de mise à l’épreuve : si le condamné se rend coupables de certaines infractions pendant la période de sursis, la peine sera appliquée. 

Exemple : Une personne condamnée à une peine de 2 ans de prison avec sursis ressortira libre de son procès. En revanche, si cette personne braque une banque 2 semaines après, sa peine de 2 ans de prison prononcée avec sursis s’appliquera en plus des condamnations pour le braquage.

On assimile souvent le sursis à des peines de prison. Cependant, d’autres peines peuvent être prononcées avec sursis, comme des amendes par exemple.

Quand est-on condamné avec sursis?

Le sursis ne peut être prononcé par le juge que sous deux conditions : 

1ère condition : l’accusé n’a pas été condamné auparavant à une peine criminelle ou à une peine de prison de plus de 12 mois

2ème condition : l’accusé n’est pas condamné à ce même procès à une peine de travail ou à une ou plusieurs peines de plus de 5 ans.

Si ces conditions sont remplies, le juge décidera s’il convient de condamner le prévenu à une peine avec ou sans sursis.

Qu’est-ce qui révoque le sursis?

Le sursis est révoqué (et la peine prononcée s’applique) lorsque le condamné commet certaines infractions

Les infractions qui révoquent le sursis sont celles qui mènent à une condamnation à une peine criminelle, ou à un emprisonnement de plus de 6 mois sans sursis.

Il existe d’autres hypothèses dans lesquelles le sursis peut être révoqué : c’est l’hypothèse du sursis probatoire.

Sursis simple ou sursis probatoire?

Le sursis simple est l’hypothèse classique, une sorte de période durant laquelle la peine va s’appliquer si le condamné commet une infraction.

Le sursis probatoire apporte un élément supplémentaire : outre les infractions citées plus haut, le non-respect de certaines conditions peut aussi mener à l’application de la peine. Ainsi, le juge peut fixer un sursis probatoire en précisant les conditions qui mènent à la révocation de celui-ci.

Exemple : Une personne qui commet une infraction de roulage en état d’ébriété peut se voir condamner à une peine avec sursis probatoire. En rendant son jugement, le juge peut décider que la peine ne s’appliquera pas si le condamné suit une cure de désintoxication. Si en revanche le condamné ne suit pas cette cure de désintoxication, la peine prononcée avec sursis s’appliquera.

Le sursis, qu’il soit simple ou probatoire, est une mesure de pédagogie prononcée par le juge, dans le but de responsabiliser le condamné, plutôt que de le sanctionner immédiatement.

Vous avez des questions?

Notre service vous permet de parler avec un avocat de votre région pour seulement 29 €! Pour cela, il vous suffit de remplir le formulaire que vous trouverez sur notre page d’accueil. Faites-le maintenant. Cela ne vous prendra pas plus d’une minute.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

Une question juridique?